Maux de tête

 Vous présentez des Maux de tête ?

  La migraine n’est pas une contre-indication à l’utilisation d’une pilule classique (c’est-à-dire associant œstrogènes et progestérone).

Ceci est particulièrement vrai chez les adolescentes migraineuses chez lesquelles l’absence de contraception expose à un risque de grossesse non désirée bien plus important et bien plus grave que le risque d’aggravation de la migraine.

En effet, le lien entre pilule et migraine est complexe : ainsi, la pilule oestro-progestative peut influencer la migraine dans tous les sens (absence d’influence, amélioration, aggravation de la migraine). Tout peut se voir d’une pilule oestro-progestative à l’autre…

Chez une femme migraineuse qui présente un ou plusieurs facteurs de risque vasculaire (tabagisme, hypertension artérielle, obésité et plus encore antécédent cardiovasculaire, de phlébite ou d’embolie pulmonaire), on préfère une pilule qui ne comporte pas d’œstrogènes ou un moyen de contraception non hormonal.

De même, les femmes jeunes souffrant de migraine avec aura doivent n’utiliser que des contraceptions purement progestatives (sans oestrogènes) ou bien des moyens de contraception non hormonaux. Si ce n’est pas le cas, elles doivent en parler à leur médecin.

Une femme migraineuse devrait discuter d’un éventuel arrêt de la pilule avec son médecin en cas de: maux de tête inhabituels, migraines habituelles mais plus fréquentes et d’intensité plus sévère ou apparition de crises avec aura.

Concernant les autres moyens de contraception, notamment les dispositifs intra utérins (stérilets classiques au cuivre ou hormonal) ils sont neutres vis-à-vis de la migraine.

Le pic de prévalence de la migraine se situe entre 20 et 50 ans ce qui signifie que la migraine a tendance à être très nettement moins expressive après 60 ans.

La migraine se rencontre également chez lʼenfant.

  Chez l’enfant, il y a autant de petits garçons, que de petites filles migraineuses.

  Le traitement de la migraine est multiple et repose sur l’éviction des facteurs déclenchants, le traitement de la crise et le traitement de fond (appelée aussi traitement prophylactique).

Vingt pourcent des crises de migraine s’accompagnent d’une aura.

L’aura se définit par des symptômes neurologiques qui surviennent avant le mal à la tête,  totalement réversibles ; ces symptômes sont le plus souvent visuels (ce type de migraine était appelée avant « migraine ophtalmique ») ; ils touchent plus rarement la sensibilité ou la parole.

Sous-catégories

 Tout ce qu'il faut savoir sur la Migraine ...

 Tout comprendre sur l'algie vasculaire de la face (AVF)

 Tout savoir sur la céphalée de tension

 Tout savoir sur la Céphalée Chronique Quotidienne - CCQ

 Tout savoir sur la névralgie du trijumeau

SFEMC

Logo SFEMCLa Société Française d'Etudes des Migraines et Céphalées est une association régie par la loi de 1901.
La SFEMC a pour but de promouvoir et coordonner la recherche dans le domaine des céphalées, d'organiser des réunions scientifiques sur les céphalées et d'établir des relations aux niveaux national et international avec les groupes travaillant dans ce domaine.

» en savoir plus

Accès direct