Maux de tête

 Tout comprendre sur l'algie vasculaire de la face (AVF)

L’AVF est caractérisée par des crises de douleurs sévères voire atroces comparé parfois à un arrachement ou de pieu dans l’oeil d’un seul côté du visage, en général autour de l’œil et de la tempe, mais parfois aussi dans les dents, l’oreille et le cou.

Les douleurs sont souvent accompagnées de larmoiement, de congestion ou d’écoulement du nez, d’une fermeture de la paupière, et d’une rougeur de l’œil, du côté de la douleur. Les patients ont tendance à être agités et irritables durant les crises, même envers les personnes qui essaient de les aider.

Les crises durent de 15 minutes à 3 heures, en général d’une demi-heure à ¾ h sans traitement. Elles surviennent 1 fois tous les 2 jours à 8 fois par jour, parfois à heures fixes, souvent la nuit (et elles réveillent alors le patient).

L’alcool et l’altitude peuvent être un déclencheur lors des périodes de crises.

Le plus souvent, dans environ 85% des cas, les crises viennent par périodes, ou cycles,  de quelques semaines, parfois durant certaines saisons (printemps et/ou automne). Il s'agit d'une forme épisodique.

Plus rarement,  l’AVF est ou devient chronique, sans périodes de rémission ou avec des rémissions de moins de trois mois sur au moins une année.

  • Il y a des traitements de crise pour soulager rapidement la douleur. Le principal est le sumatriptan injectable. Il agit rapidement. On peut utiliser deux doses par 24 heures maximum, en respectant 1 heure d’intervalle entre 2 injections Il est contre-indiqué pour toute personne ayant des problèmes cardiaques. Ce traitement de crise peut être prescrit par tout médecin en utilisant une ordonnance de médicament d’exception.

Des formes en spray nasal existent et peuvent agir chez certains patients.

L’oxygène à fort débit 12 à 15l/min au masque facial peut être utilisé, il agit moins rapidement que le sumatriptan injectable mais est aussi très efficace, et sans contre-indication ou restriction en fréquence d’usage. La prescription et le renouvellement ne peuvent être faits que par un neurologue, un ORL ou un algologue.

  • Les traitements de fond servent à diminuer la  fréquence des crises. Le traitement de première ligne est le vérapamil. Une surveillance du rythme cardiaque est nécessaire avec un ECG, avant et après mise sous traitement, car ce médicament peut ralentir le cœur.

D’autres traitements de fond existent, comme le lithium.

Des infiltrations de corticoïdes réalisées dans la nuque peuvent aussi aider à diminuer le nombre de crises.

  • Vous verrez peut-être sur Internet des techniques chirurgicales et de neurostimulation; il s’agit de techniques récentes, qui demandent une évaluation dans un centre spécialisé.

 

L’AVF est une maladie dont la cause reste inconnue.

Le cerveau des patients est capable de produire les crises, sans autre lésion identifiable. Plusieurs études se sont concentrées sur l’hypothalamus, une structure cérébrale qui contrôle les cycles éveil-sommeil et la sécrétion de plusieurs hormones.

Lors d’une crise d’AVF, une zone en lien avec l’hypothalamus fonctionne anormalement et active les structures responsables de la douleur de la face, et par réflexe, le système nerveux végétatif qui entraîne le larmoiement, la congestion nasale et les autres symptômes associés.

L’AVF est une maladie peu connue, même des médecins qui verront très peu de cas dans leur carrière.

Le délai avant le diagnostic est en moyenne de 4 ans.

Les crises peuvent ressembler à une douleur dentaire ou à une sinusite. Les périodes finissent d’elles-mêmes, donnant parfois l’impression que les traitements prescrits ont été efficaces.

Parfois les patients ont des opérations des dents ou des sinus avant de recevoir le diagnostic d’AVF.

Il existe une association française contre l’AVF www.afcavf.org

Contact: Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Il n’y a pas de risque de paralysie, de convulsions, de complications au niveau du cerveau.

Les crises, même très douloureuses, n’abîment pas le cerveau.

Il n’y a pas de lien avec les anévrysmes ou d’autres malformations.

Sous-catégories

SFEMC

Logo SFEMCLa Société Française d'Etudes des Migraines et Céphalées est une association régie par la loi de 1901.
La SFEMC a pour but de promouvoir et coordonner la recherche dans le domaine des céphalées, d'organiser des réunions scientifiques sur les céphalées et d'établir des relations aux niveaux national et international avec les groupes travaillant dans ce domaine.

» en savoir plus

Accès direct