Il n’y a pas de risque de paralysie, de convulsions, de complications au niveau du cerveau.

Les crises, même très douloureuses, n’abîment pas le cerveau.

Il n’y a pas de lien avec les anévrysmes ou d’autres malformations.